PRALIMAP

Présentation de l'étude

PRALIMAP (PRomotion de l’ALIMentation et de l’Activite Physique)

L'essai PRALIMAP a été mis en œuvre entre 2006 et 2010. PRALIMAP était un essai randomisé effectué dans 24 lycées en Lorraine (nord-est de la France). L'essai visait à évaluer l'efficacité de 3 stratégies de prévention du surpoids et de l'obésité (éducation, dépistage et environnement). Les stratégies ont été mises en œuvre dans les classes de seconde et de première. Le suivi des adolescents consistait en 3 visites : à l'entrée en classe de seconde (T0), en classe de première (T1) et en classe de terminale (T2). La stratégie de dépistage structurée a permis une diminution significative de la prévalence de l'obésité et du surpoids sur 2 ans : une augmentation de l'IMC inférieure de 0,12 kg / m², une diminution du Z score de l'IMC de 0,35 et une diminution relative de la prévalence du surpoids et de l'obésité de 13% dans les lycées où la stratégie de dépistage a été mise en place par rapport aux lycées témoins. En outre, chez les adolescents en surpoids et en situation d’obésité des secondes des lycées où la stratégie de dépistage a été réalisée, le poids de 28% des adolescents est revenu aux critères de normalité de l'IOTF.

Cette stratégie de dépistage consistait à collecter des mesures anthropométriques ; détecter les troubles de l'alimentation, l'anxiété et la dépression par des questionnaires auto-administrés ; identifier les adolescents souffrant de surpoids et d'obésité et/ou les adolescents présentant des troubles de l'alimentation ; proposer une gestion collective adaptée aux soins dans les établissements scolaires par une équipe de soins de santé. La gestion des soins adaptés a consisté en 7 séances collectives structurées réalisées selon un référentiel standard.

PRALIMAP a confirmé les inégalités sociales associées à la fréquence du surpoids et de l'obésité à l'entrée en classe de seconde [19]: les connaissances nutritionnelles, les comportements et les mesures anthropométriques étaient moins favorables dans les écoles secondaires professionnelles que dans les écoles secondaires générales et technologiques (surpoids: 16,1% contre 14,5%, obésité: 8,1% contre 2,9%), chez les adolescents en retard scolaire (obésité 6,1% contre 2,8%) et chez les adolescents pour lesquels les parents ou le tuteur légal étaient des employés ou des travailleurs (obésité 5,1% contre 2,6%).

Plusieurs porteurs de projet se sont associés pour sa mise en place : le Cnam-Istna, le Comité régional d’éducation pour la santé de Lorraine, l’École de Santé Publique et le Rectorat de l’académie Nancy-Metz.

Le protocole et les résultats de l’essai ont été publiés dans des revues internationales.